• Caroline Rolino

Annulation du premier rendez-vous: peurs cachées


Il arrive et ce n'est pas souvent, que certaines personnes ayant pris un premier rendez-vous quelques semaines (ou mois) plus tôt, l'annulent peu de temps avant de venir. En tant que praticien-ne cela peut être désagréable pour son organisation, tout comme le fait que le/la thérapeute doive également pour x ou y raison annuler est regrettable pour l'individu souhaitant consulter. Que ce soit dans un sens ou dans l'autre personne ne sera satisfait, c'est certain.

Concernant les raisons données, la plupart du temps elles sont les mêmes ; un problème de santé, un changement d'avis "car ce n'est pas le moment approprié finalement", un autre thérapeute a déconseillé la thérapie... Il y a pléthores de raisons et au-delà de l'agenda à revoir, nous ne sommes pas là pour juger, chacun ses raisons après tout.

Mais avant même de venir, savez-vous pourquoi quelqu'un annule subitement un rendez-vous qui – on l'a assuré au praticien - semblait d'une grande importance et découlait d'une décision mûrement réfléchie ?

Il y a une raison qui n'est jamais évoquée directement, et qui, pourtant, pourrait être en tête de liste des annulations : la peur. Une peur tant consciente que parfois inconsciente. Cette peur est très souvent liée à un état dépressif, mais pas que... Lorsqu'une habitude, un comportement, questionne et que nous souhaitons y faire face et le changer, il se peut qu'une sorte de mécanisme de défense s'active. Ce que nous voulons « changer », c'est-à-dire transformer ou adapter en thérapie, est quelque chose d'ancré depuis sûrement très longtemps en nous. Même si ce mécanisme nous voulons consciemment le transformer, car nous le pensons nuisible, il y a peut-être une part de nous qui ne comprend pas cette volonté, qui ne saisit pas l'importance de ce que nous sommes en train d'entreprendre. Une habitude est une habitude, un fonctionnement automatique est un fonctionnement automatique, que ce soit au niveau cérébral ou inconscient le résultat est le même, il s'agit d'un comportement habituel et répétitif et le changement on va se l'avouer, on n'est pas vraiment fan. L'humain adore les habitudes ! Et oui, c'est facile, c'est bien ancré... certains comportements qui ont pu avoir une certaines utilités par le passé, même en étant des fonctionnements négatifs, peuvent continuer à vivre en nous et nous à les faire vivre sans trop forcément savoir pourquoi d'ailleurs. Il se peut qu'à une époque, à un instant T, ce « mauvais » comportement, cet état négatif ait pu nous soulager, nous aider, nous apporter quelque chose d'important, mais qui n'est plus utile dans notre vie d'aujourd'hui.

Et vous, en tant qu'acteur de ce changement, peut-être souhaitez-vous vous en débarrasser de ce mécanisme désuet, ou en tout cas, reprogrammer un fonctionnement, et pourtant une petite voix intérieure vous incite quand même à ne pas le faire ; d'où ce recul face à un rendez-vous qui approche.


Ce recul, il peut se manifester de plusieurs façons ; soit vous allez somatiser, c'est-à-dire souffrir physiquement de quelque chose alors que la cause est psychologique, soit ressentir comme un malaise à l'idée du rendez-vous et simplement décider de ne pas l'honorer. Attention, je ne dis pas que toutes les annulations d'un premier rendez-vous ont une cause « sous-jacente » comme je tente de l'expliquer ici. J'essaye juste d'apporter un certain éclairage sur un fait que parfois nous ignorons. En prendre conscience est déjà un support formidable. En prenant ce premier rendez-vous, vous avez manifesté votre volonté de changement intérieur (peut-être extérieur aussi), avant même de prendre ce rendez-vous le processus était déjà amorcé. Il a fallu cogité, sur soi, sur sa vie, ses décisions, son mal-être, ses besoins, ses envies...sur les thérapies les plus appropriées, il a fallu sûrement faire des recherches sur internet ou éventuellement auprès de proches un peu dans la confidence. Rien que la pensée qu'il fallait un changement est l'amorce du processus de votre développement personnel. La prise de rendez-vous est un point crucial, c'est un avancement, une étape. L'annuler n'est pas reculer ! Vous avez le droit d'avoir peur, vous avez le droit de prendre votre temps, de changer d'avis, de voir un autre thérapeute etc... Tout vous appartient, ce sont vos choix qui comptent. L'important est d'être en cohérence avec vous-même. Vous savez que ce changement est capital pour vous et souhaitez qu'il s'opère plus ou moins rapidement. Je le dis toujours aux personnes que je reçois « soyez libres de me dire ce que vous souhaitez ou pas », je ne vais pas vous torturer à vous poser des questions dont vous ne souhaitez pas soulever les réponses pour le moment et il est aussi important que vous puissiez me dire que vous êtes à l'aise ou pas avec vous-même, avec la thérapie etc... Dans ce contexte, bien-sûr je parle de manière tout à fait personnelle, mais j'espère qu'il en va de même chez mes confrères/consœurs : sentez-vous libres de me faire part de vos doutes, de vos appréhensions. Elles font parties du processus, ce sont vos émotions et vous avez le droit de les vivre. En revanche, attention à ce qu'elles ne vous envahissent pas et prennent le pas sur une intention positive.



En hypnose particulièrement, nous avons accès à votre inconscient et/ou à votre subconscient. Quand je dis « nous » c'est vous et moi. Car vous autorisez cet accès et vous me permettez donc l'échange. Et justement, durant cet échange, je peux expliquer à ces parties de vous inquiètent, qui ont peur d'un éventuel changement, que cela se fera selon vos critères, à votre rythme et surtout pour votre bien-être. Tout changement n'est pas bon à prendre, il doit aussi se faire au moment opportun. C'est vous qui déciderez de tout cela, de façon consciente et inconsciente. Votre inconscient ne sait pas toujours pourquoi il maintient un certain mécanisme en place, il le fait car, comme je le mentionnais plus haut, un jour ou l'autre cela a été bénéfique pour vous. Il n'a pas encore compris que ce n'était plus bon, malgré votre décision consciente. Le conscient et l'inconscient n'ont pas du tout le même mode de communication ni même d'interprétation. L'hypnose aide à cette compréhension, en douceur et facilement, puisqu'il s'agit de votre propre changement, de vos propres intentions. De la même façon, l'hypnose spirituelle s'inscrit dans cette ligne de compréhension, elle vous offre la possibilité d'explorer des parts de vous-mêmes qui vous envoient des intuitions, des ressentis mais ne sont pas forcément limpides et concrètes. Ainsi, vous aurez une clé, un éclairage, pour amorcer un changement durable et bénéfique pour vous. Et si cette peur, ce mécanisme de défense continue à se mettre en place malgré les explications que vous lirez ici ou aurez échangées avec votre thérapeute, sachez que vous n'êtes pas seul-e. Beaucoup de thérapies ou de moyens existent pour vous aider à avancer, vous pouvez faire tout ce que vous voulez, car il s'agit de votre décision. Comme je vous le disais plus haut, soyez en cohérence avec votre être profond, revoyez vos valeurs, vos besoins et envies. Faites un bilan, un point, mais n'omettez jamais d'y inclure tout le positif qui vous entoure ou vous a entouré-e. Vous êtes qui vous êtes et avez composé avec les attitudes ou les moyens que vous aviez à votre dispositions à un certain moment de votre vie et c'est bien normal. Vous grandissez de vos expériences et vous allez contribuer à vivre encore plus de belles expériences pour continuer à grandir et à vous épanouir, et c'est tout ce que je vous souhaite.

9 vues0 commentaire